Les tiers lieux porteurs de dynamique et de développement pour les territoires

Hartmut Kramer pour CLIVEMAN

En France, en Europe et dans le monde, le concept des « tiers lieux » se développe à grande vitesse. Il s’agit d’espaces physiques ou virtuels de rencontres et de travail entre personnes et compétences variées qui sans l’existence de ces lieux n’auraient pas l’occasion de se croiser. Les tiers lieux de travail constituent une alternative à l’entreprise traditionnelle et au travail indépendant à domicile.

Les tiers lieux revêtent plusieurs formes, dont notamment :

  • Les espaces de coworking, espaces partagés entre travailleurs indépendants, start-ups, PME et salariés, qui permettent de mutualiser les outils et encouragent l’échange et l’ouverture. On peut y louer un bureau fixe ou nomade, et profiter des services propres à chaque lieu (conférences, formations, événements).
  • Les télécentres, bureaux à mi-chemin de l’entreprise et du domicile. Les entreprises permettent à leurs collaborateurs d’aller travailler dans ces environnements sécurisés plutôt que d’aller au bureau.
  • Les fablabs qui permettent aux personnes ayant le même état d’esprit de partager leurs idées, leurs outils et leurs compétences. Il s’agit de tiers-lieux ouverts au public où est mis à disposition toutes sortes d’outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d’objets.

Fin septembre 2018, la Fondation Travailler Autrement a remis les conclusions de la mission « Coworking : territoires, travail, numérique » au secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires. Le rapport dresse 4 principaux constats :

  • l’émergence des tiers-lieux, s’inscrit dans un mouvement de fond qui touche l’ensemble du territoire national ;
  • les tiers-lieux sont localement porteurs de dynamiques économique et sociale très structurantes ;
  • L’essor de ces lieux préfigure celui des nouvelles manières de travailler (télétravail, travailleurs indépendants) ;
  • enfin, en contribuant à développer des activités de proximité et à encourager les circuits courts, ces lieux sont des acteurs essentiels de la transition numérique et écologique dans les territoires.

Les tiers lieux sont donc très structurants et représentent un enjeu essentiel pour les territoires. Si aujourd’hui il y a environ 13% des tiers-lieux en Ile-de-France qui se trouvent en dehors des zones métropolitaines, ils sont près de 60% à se trouver hors zone métropolitaine en dehors de l’Ile-de-France. Le rapport indique par ailleurs qu’en moyenne, pour chaque commune ayant créé un Tiers Lieu, on constate +57K€ de recettes annuelles via des achats réalisés et +37K€ de recettes fiscales.

Mais le rapport est clair aussi : la dynamique reste encore fragile et l’État et les territoires sont appelés à développer une véritable politique publique des tiers-lieux. Dans ce contexte et pour les collectivités, il s’agit surtout d’appuyer l’émergence de « fabriques des territoires » (nous développerons ce point dans une prochaine publication), de professionnaliser le métier d’animateur de tiers-lieux et de favoriser la coordination public-privé en encourageant la mise à disposition de locaux par les collectivités et en formant les agents publics aux tiers-lieux.

 

 

 

Laisser un commentaire